Mes débuts en bourse

Mes premiers souvenirs de bourse remontent à l’enfance. Je devais avoir 6 ou 7 ans, quand chaque mercredi à 13h30, je suivais avec assiduité le "http://indicefinancierdecriptage.centerblog.net/6-rencontres-trading" flash bourse de René Tendron, succédant au journal télévisé d’Yves Mourousi sur TF1. Je ne comprenais pas grand-chose à tous ces chiffres qui défilaient, ces hausses, ces baisses mais je trouvais déjà cela fascinant. Je me souviens m’être dit que je ferai de la bourse quand je serai plus grand ! … Mais ce n’est finalement qu’à l’âge de 27 ans, que je fis mes premiers pas sur les marchés.

Le déclic eut lieu en novembre 1999, lorsque mon employeur de l’époque, GFI Informatique, procédait à une augmentation de capital. Mon chef d’agence de l’époque, Philippe C, nous avait expliqué que GFI permettait à ses collaborateurs via cette opération financière, d’acheter des actions avec une décote de 20%. Je me souviens encore de cette discussion durant le déjeuner où il avait fini par conclure : « A ce prix, vous ne risquez pas grand-chose, les gars ! ».

C’est tout simplement sur « ces bonnes paroles » que je décidais de participer à l’opération, comme la plupart de mes collègues. Quelques semaines plus tard, j’étais propriétaire pour 6000 francs d’actions GFI, qui étaient cependant bloquées sur un PEE (Plan d’Epargne Entreprise). Je vous avouerai qu’au début, je ne m’y suis pas du tout intéressé. Puis progressivement, je fus pris au jeu, surtout lorsque l’un de mes collègues m’apprit un soir, que le cours avait doublé en l’espace de quelques semaines ! Il fut même multiplié par 3, ce qui restera sans doute son plus haut historique.

Evidemment, je n’ai pas pu m’empêcher de penser qu’il était très facile de gagner de l’argent en bourse. En effet, dans les années 1999-2001, vous achetiez n’importe quelle action, vous patientez quelques semaines et le cours finissait par s’envoler. Faire de la bourse paraissait donc un bon moyen d’arrondir ses fins de mois. C’est donc à partir de ce moment-là, que je me suis intéressé aux marchés financiers. J’ai d’abord commencé par parcourir toutes sortes de sites internet et autres forums boursiers, puis par acheter des journaux spécialisés, afin d’enrichir ma culture en bourse. Une passion était en train de naître.

En février 2000, ma démission de GFI Informatique me permit de vendre les actions détenues dans mon PEE. Je réinvestissais la totalité de mon capital ainsi que toutes mes économies de l’époque (!), dans des titres tels que FI System, Sqli (à 14€ !), du Titus Interactive (faillite en 2003 …), Cross System (qui a frôlé la faillite avant de se faire racheter par Micropole), du Devoteam … bref tout ce que se faisait de « soi-disant de mieux », d’après les médias de l’époque. En quelques mois, je ne pouvais que constater l’étendue des dégâts, la valeur de mon portefeuille fondait comme neige au soleil. Je ne m’en rendis pas compte de suite mais j’étais en train d’assister à mon premier krach boursier avec l’éclatement de la bulle internet. Pourtant je ne me décourageais pas. Convaincu qu’il y aurait un rebond et que les cours finiraient par se redresser, je fis des démarches auprès de ma banque début 2001, afin d’obtenir un crédit de 6 000 €.

Pour me refaire, je décidais de me concentrer sur des produits très volatiles : les warrants. J’avais pu auparavant, multiplier par 6 ma mise initiale suite à l’achat d’un warrant sur Infogrammes. Suite à ce coup d’éclat, je me suis mis à les trader quotidiennement. Mais après plus de deux ans de trading intensif et de pertes avec les warrants, il a bien fallu se mettre à l’évidence que ce type d’instrument financier n’était pas fait pour moi !

Le bilan de ces 3 premières années fut donc catastrophique, mon portefeuille cumulant près de 10 000€ de moins-value. J’avais certes beaucoup appris mais j’avais dilapidé mes modestes économies !

La découverte de l’analyse fondamentale mi-2003 fut un véritable tournant. J’avais remarqué sur internet que certains forumeurs mettaient en avant tel ratio financier, indiquant que le titre était de ce fait, sous-valorisé. J’ai donc commencé à essayer de comprendre de quoi il s’agissait, en me documentant afin de me familiariser avec ces notions de PER, Capitalisation Boursière, Valeur d’Entreprise, etc… Puis, je me suis mis à étudier progressivement leurs situations financières, essayant de comparer les sociétés entre elles, selon différents ratios et de déceler les titres les plus décotés.

Ayant vendu mon appartement, je décidais d’allouer 10 000€ à mon portefeuille devenu ridiculement bas. J’achetais la valeur que j’estimais la moins chère et j’attendais que le marché corrige la sous-valorisation que j’avais détectée, pour revendre plus haut. Avec cette méthode simple et dans un contexte économique plus serein, il est vrai, je me suis mis à surperformer régulièrement les marchés et à faire régulièrement des plus-values, chose à laquelle je n’étais pas habitué ! Je découvrais aussi en parallèle, l’Analyse Technique, le trading au SRD, les marchés financiers internationaux, la psychologie du marché, la macroéconomie, l'univers des courtiers (http://www.charlesdereeper.com/igmarkets_mon_avis_sans_pipo_commercial.html), l'or (http://prevoirlecoursdelor.com/), les produits dérivés genre options binaires (http://www.optionbinaire.ca/) etc.

J’alterne maintenant, trades sur du fondamental et sur signaux techniques, ceci étant valable sur les small-caps, mon terrain de prédilection mais aussi sur les big-caps, sans oublier optionweb bien sûr ! Depuis 2004, je surperforme allégrement les marchés. A ce jour, mon portefeuille a été multiplié par 40 (impôts déduits).

Ce qui me passionne, hormis l’aspect pécuniaire, c’est l’effervescence qui règne sur les marchés, les cotations en perpétuels mouvements et les parutions ininterrompues de communiqués financiers en tout genre. Interpréter, évaluer les conséquences de publication de news sur les cours, ont toujours été pour moi, des challenges très excitants à relever. Plus d'infos sur mon aventure en small caps trading ici